ASSJ POL

JUDO JUJITSU

 
IAÏDÔ
居合道
1 – PRESENTATION
Le Iaïdô « voie de l’unité de l’être » est un art martial traditionnel japonais
(voie éternelle à la recherche de soi et rencontre avec soi)
 
Le laïdô (ou laï) regroupe un ensemble de techniques d'escrime au sabre Japonais (Katana) qui consistent à dégainer puis à couper l'adversaire, dans le même mouvement continu.
 
2 – ORIGINE
La tradition veut que la première formalisation du Iaïdô soit due à un certain Hayashizaki Shinsuke Shigenobu né vers 1542 à Shinzaki en Dewa .
 
Hayashizaki aurait créé le premier style de Iaïdô appelé Hayashizaki-ryu, (aussi connu sous le nom de Shinmeimuso-ryu ou Jushin-ryu).
L'un des disciples, Tamiya Heibee Shigemasa aurait ensuite fondé le Tamiya-ryu , style qui eu la faveur des Shogun puisque l'un des descendants de Shigemasa, Narimasa enseigna le Iaïdô à Tokugawa Ieyasu.
 Vers 1688, à la 9è génération, Omori Rokkottai Morimasa créa son propre style appelé Omori-ryu à partir du Eishin-ryu et de Kata de l'école de Kenjutsu de Sinkage-ryu en y ajoutant le Seiza de l'étiquette de Ogasahara-ryu.
Ces diverses écoles ou styles (Ryu, Ryuha) sont regroupés sous le nom d'écoles anciennes ou Koryu.
Après avoir failli disparaître après la révolution Meiji en 1868 avec l'interdiction du port du sabre (1876), le Iaïdô s'est développé de nouveau grâce à l'un des derniers grands enseignants de Iaïdô de l'époque Meiji, Nakayama Hakudo qui après avoir étudié le Eishin-ryu, créa le Musoshinden-ryu en 1933.
 
Le Iaïdô est aujourd'hui largement pratiqué au Japon et dans le monde.
 
Cet étonnant succès pour un art martial pouvant paraître somme toute très ésotérique est du à deux raisons principales :
- la prise de conscience par les anciens maîtres de l'époque Meiji que le Iaïdô disparaîtrait si les écoles jusque là très fermées ne s'ouvraient pas au public.
- la volonté des fondateurs du Kendo moderne (vers 1952) de ne pas voir le Kendo se dénaturer en sport. Afin que le pratiquant de Kendo utilise son Shinaï non comme un bâton mais comme un sabre, il est en effet apparu utile de maintenir vivantes les origines du Kendo avec le maniement du Sabre nu.
 
3 – LA PRATIQUE
Le iaïdô s’adresse à tous, hommes ou femmes, à partir de quinze ans. Il ne demande pas de capacités physiques particulières, elles sont acquises au cours de la pratique.
 
Les pratiquants licenciés de iaïdô sont rassemblés au sein du Comité National de Kendo (CNK), lui-même rattaché à la Fédération Française de Judo et Disciplines Associées (FFJDA). Cette structure rassemble également le kendo, le Jodo, le Naginata et le Sport Chanbara.
Le Iaïdô est une section avec le Kendo à l’AS JUDO SAINT JUNIEN - POL
 
Le Iaïdô se présente sous forme de kata à exécuter seul. Chaque kata comprend quatre phases: 1. Dégainage (nukitsuke), 2. Coups principaux (kiritsuke), 3. Nettoyage du sang sur la lame (chiburi), 4. Rengainage (noto)
 
 
Le Iaïdô, contrairement à la plupart des autres arts martiaux, se travaille sans partenaire. Ceci permet au pratiquant de se trouver face à lui-même et à sa pratique. Cette forme de travail solitaire s’appelle tandoku renshu. L’élève se doit cependant de compléter sa formation par d’autres pratiques, telles sotai renshu (travail avec adversaires) et tameshi giri (coupe de cibles). L’école MUSO SHINDEN est divisée en trois séries progressives de kata.
Les katas enseignés sont vieux de plusieurs siècles, et ont été transmis par les professeurs aux étudiants depuis leur création à l’époque féodale jusqu’à nos jours.
 
KATA LE SEITEI-IAI
Dans un souci d'unification et afin de permettre à tout les pratiquants d'avoir une base commune, les experts de la Fédération Japonaise de Kendo (Zen-Nippon-Kendo-Renmei, ZNKR) ont développé une nouvelle école le Seitei-Iai (ou Iai ZNKR) qui comporte aujourd'hui 12 Katas inspirés de Kata de divers Koryu
 
CONDITIONS DE PRATIQUE
Une très grande partie de l'intérêt du Iaï réside dans l'utilisation d'un Sabre (Katana) authentique.
 
La tenue pour la pratique du iaïdô comprend une veste japonaise (keikogi), une large ceinture (obi) et une jupe-culotte (hakama).
Pour les débutants, la tenue n’est pas indispensable dès les premiers cours, pour débuter une tenue simple et ample peut faire l’affaire.
 
Le Iaïdô se pratique avec un sabre d’entraînement japonais le Iaîtô.
Lors des premiers cours, le club est en mesure de prêter des sabres en bois (bokken) ou éventuellement des iaitô.
 
Ceci leur permet en outre de s'entraîner sans danger ni pour eux ni pour leurs camarades.